Maison de l'armateur

Maison de l'armateur est un Musée de France situé en région Normandie dans le département de Seine-Maritime en France sur la commune de : Le Havre. La notice bibliographique proposée vous permet de parcourir des ouvrages par thème géographique , historique ou artistique


Contexte

Informations

Cliquez sur un des liens pour découvrir :

  • D'autres lieux avec le contexte géographique selon le continent, le pays, la région, le département ou la ville.
  • La liste des thèmes des collections pour parcourir des musées sur la même thématique.

Thèmes des collections

Art du verre Dessin Histoire Histoire de l'art Mobilier


Description

Historique

La Maison de l’Armateur, située dans le coeur historique de la ville du Havre constitué de deux quartiers : Saint-François et Notre Dame est construite vers 1790 par Paul Michel Thibault, architecte des fortifications et fontainier du Havre. Son architecture originale organise, sur cinq niveaux, vingt petites pièces rayonnant autour d’un puits de lumière central. En 1800, elle est achetée par l’armateur Martin Pierre Foäche qui confie l’achèvement de son décor à Pierre Adrien Pâris, dessinateur des menus plaisirs du roi. En septembre 1944 la maison subit des dommages importants, elle perd une partie de sa toiture et son mur pignon. Fortement étayée et mise hors d’eau au lendemain de la guerre, elle est classée Monument Historique en 1946 et rachetée par la ville du Havre en 1950. Destinée à devenir un musée elle fait l’objet d’une importante restauration par campagnes à partir de 1975. Un premier projet muséographique est rédigé mais demeure sans suite. En septembre 2006, la maison ouvre ses portes, comme Musée de France selon un nouveau projet original de maison-musée. Les collections présentées dans la Maison de l’Armateur évoquent les codes sociaux et esthétiques d’une période comprise entre 1750 et 1850, s’inspirant du mode de vie d’armateurs, en particulier de Martin Pierre Föache (1728-1816) et soulignent aussi l’évolution urbanistique de la ville du Havre et ses activités économiques. Le musée a gardé son caractère de maison et le projet muséographique a déterminé par niveau des thématiques différenciées, la ville et le négoce, les appartements, la sociabilité, la marine, les petites pièces de chaque niveau (cuisine, salle à manger, salon de musique, cabinet des maquettes, salle des cartes et plans…) ont reçu des collections en rapport avec l’usage de la pièce. Au 2e et au 5e niveaux, deux espaces décloisonnés, destinés aux présentations muséographiques, complètent ce dispositif. Le premier accueille des collections d’estampes, dessins et huiles sur toile évoquant l’évolution urbanistique du Havre, le second présente des objets de marine, des estampes et des huiles sur toile, illustrant les aménagements du port et de la navigation.

Atouts majeurs

Une partie des collections d’objets d’art des musées du Havre, constituées entre la deuxième moitié du XIXe siècle et la seconde guerre mondiale, est aujourd’hui rassemblée à la Maison de l’Armateur et mise en situation dans les intérieurs reconstitués. Des meubles anciens, des collections de porcelaines, des objets d’art : biscuits, émaux, tableaux, miniatures font de la maison de l’Armateur un remarquable musée d’ « arts décoratifs ». Une rare et importante collection de verres constituée par les conservateurs Alphonse Saladin et Reynold Arnould est exposée dans un espace dédié au 4e niveau. Des oeuvres majeures acquises pour la Maison de l’Armateur depuis 1986 complètent ces ensembles. Quatre portraits commandés à Alexandre Roslin, peintre de cour, par des membres de la famille Foäche, constituent un ensemble particulièrement remarquable. Une commode de port, deux cartonniers, un cartel en corne verte, une pendule au verseur de café, attribuée à Deverberie, font partie des dernières acquisitions d’objets mobiliers les plus prestigieuses. D’autres acquisitions récentes d’oeuvres relevant à la fois des thématiques socio-culturelles liées à l’histoire du Havre : grand négoce, histoire littéraire… et des Beaux-Arts sont par ailleurs venues enrichir les collections comme une belle étude dessinée du XVIIIe siècle pour le portrait d’un serviteur noir, où le modèle, par Pierre David d’Angers, d’une statue de Casimir Delavigne, commande publique de la Ville du Havre, destinée à être placée à l’entrée du Musée du Havre et déplacée par la suite devant le Palais de Justice.

Source:

Ministère de la Culture - Données originales téléchargées ( mise à jour du 25 juin 2019 licence ouverte v2.0 (Etalab) ) sur « Musées de France : base Muséofile »