écomusée de la communauté Le Creusot-Monceau-les-Mines

Le écomusée de la communauté Le Creusot-Monceau-les-Mines est un Musée de France situé en région Bourgogne-Franche-Comté dans le département de la Saône-et-Loire en France sur la commune de : Le Creusot. La notice bibliographique proposée vous permet de parcourir des ouvrages par thème géographiq


Contexte

Informations

Cliquez sur un des liens pour découvrir :

  • D'autres lieux avec le contexte géographique selon le continent, le pays, la région, le département ou la ville.
  • La liste des thèmes des collections pour parcourir des musées sur la même thématique.

Thèmes des collections

Art du verre Histoire Histoire de l'art Photographie


Description

Historique

En préfiguration, à partir de 1972, sous le nom de musée de l'Homme et de l'Industrie, cet établissement est, avec celui des Landes de Gascogne, un des premier en France à porter le nom d'écomusée en 1973 (1). Il a pour missions de recenser, d'étudier et de valoriser le patrimoine d'un territoire marqué depuis la fin du XVIIIe siècle par le développement d'activités industrielles majeures : la métallurgie, l'extraction du charbon, la verrerie, la production céramique. Avec l'aide de la population locale, des collectivités, de chercheurs et d'entreprises, l'écomusée a sauvé, mis en valeur des sites patrimoniaux. Il a constitué des collections et d'importants fonds documentaires témoignant de la civilisation industrielle. À partir des actions de conservation et de recherche, à l'attention des populations locales, régionales, des touristes, des scolaires et des publics en formation, l'écomusée réalise des expositions, des publications, propose des visites, des animations pour que ce patrimoine devienne un instrument de connaissance et de compréhension de l'identité culturelle des hommes. L'Ecomusée Creusot Montceau a été intégré aux services de la Communauté Urbaine Creusot Montceau le 1er janvier 2012.

Atouts majeurs

La cristallerie : présentation de l'histoire de ce lieu qui fut une usine avant d'être un château et d'une remarquable collection de cristaux du début du XIXe siècle. Les Schneider, une dynastie de maîtres de forges : présentation des portraits des membres de cette dynastie industrielle et de l'histoire de ce lieu devenu leur résidence. Le salon des deux Amériques décoré de papier peint panoramique et le mobilier de Mme Henri Schneider évoquent ce lieu de vie et de réception. Le Creusot : une ville/usine : des gravures, des photographies anciennes, des maquettes montrent l'évolution du site industriel et de l'habitat ouvrier pour mieux comprendre le développement de cette ville née d'une fonderie et la mise en place d'une nouvelle organisation sociale : le paternalisme. La représentation du travail : au travers de peintures de la seconde moitié du XIXe siècle de Bonhommé, Layraud, Rixens et Rochette, le peintre du Creusot qui à partir de 1950 a réalisé de très nombreuses vues des ateliers etdu monde ouvrier. Usine miniature et maquettes de locomotives : chef d'oeuvre de Joseph Beuchot, ouvrier des forges de Fraisans qui passa vingt ans de sa vie à réaliser cette grande maquette animée d'une usine miniature. Le savoir-faire de maquettistes au travers d'une collection de locomotives à vapeur réalisées par Edmond Bernard, Marcel Talmy et Lucien Mothu, dont l'atelier est reconstitué.

Intérêt

Ancienne «Manufacture de leurs Majestés Impériales et Royales», l'ancienne cristallerie de Montcenis est édifiée en 1786 sur les plans de l'architecte Barthélémy Jeanson, élève de Soufflot. Au début du XXème siècle des travaux de réaménagement et d'embellissement sont confiés respectivement à Ernest Sanson ainsi qu'aux architectes paysagistes Henri et Achille Duchêne. A. Felz est retenu pour les décors intérieurs. Le bâtiment est constitué de trois ailes disposées en forme de U aux décors néo-classiques : l'entrée principale à décor de pilastre est surmontée d'un fronton aux armes de la reine Marie-Antoinette. Les décors des frontons des deux ailes latérales présentant canons et ancres évoquent quant à eux La Guerre et La Marine, en lien avec les activités industrielles et économiques développées par la famille Schneider, propriétaire du Château depuis 1837. Les anciens fours ont été respectivement transformé en chapelle privative et en Petit Théâtre dont le décor est librement inspiré de l'opéra royal du Petit Trianon.

Source:

Ministère de la Culture - Données originales téléchargées ( mise à jour du 25 juin 2019 licence ouverte v2.0 (Etalab) ) sur « Musées de France : base Muséofile »